16 avril 2022

Paris-Roubaix, Amandine Fouquenet : « Des frissons sur le vélodrome »

L’équipe Arkéa Pro Cycling Team a effectué une course propre sur le plan collectif avec encore quatre coureures parmi le peloton principal à trente kilomètres de l’arrivée.

 

 

Crédit photo : Olivia Nieto

Amandine Fouquenet

Sur la ligne

« J’ai pu éviter certaines chutes. Je suis même parvenue à remonter certaines fois, mais ces efforts à un moment donné m’ont coûté. Cela a été difficile, mais j’ai réussi à me faire mal afin de rester au sein de mon groupe. Je suis heureuse d’avoir rallié l’arrivée. Je me suis fait vraiment mal, j’ai donné tout ce que je pouvais. Avant le 1er secteur pavé, cela frottait de tous les côtés. Je me suis forcée pour être aux avant-postes avant ce passage important. Quand on arrive sur le vélodrome on est parcourue de frissons. Pareil, il y avait du monde pour nous sur le bord de la route, avant le Tour de France Femmes, c’est vraiment une belle expérience ».

Lucie Jounier

Sur la ligne

« Ce n’était pas ma meilleure journée sur le vélo, honnêtement. Mais Paris-Roubaix, c’est une course d’un jour tellement particulière, je me suis dit que tout pouvait se passer. Je crève dans le secteur après Mons en pevèle alors que j’allais rentrer sur le groupe principal. Après ça j’ai essayé de faire la jonction mais impossible. Cela fait deux fois en deux éditions Paris-Roubaix que cela m’arrive, c’est un peu embêtant, mais c’est la caractéristique de cette classique. Je sens aussi que la ferveur autour du cyclisme féminin augmente tant sur le bord de la route qu’ici dans l’enceinte du vélodrome. Cet enthousiasme de la part du public nous porte forcément ».

Franck Renimel

Le débrief’

« Il faut le souligner la vaillance, l’audace des filles. Nous avions quatre représentantes au sein du premier peloton à environ 30 km de l’arrivée, mais la malchance a une nouvelle fois frappée. Lucie crève. Nous n’avons pas pu la dépanner dans de bonnes conditions. Quand la SDWorks met en route cela se fait à la pédale, le groupe le plus fort s’extrait. Mais ce que les filles ont appris sur ce 2ème Paris-Roubaix de l’Histoire leur permettra de revenir encore plus fortes en 2023 sur cette course ».

Coureures

Amandine Fouquenet
Lucie Jounier